Hélène de Troie

Fille de Zeus, Helene naquit d'un oeuf pondu par sa mère Léda ; mais elle eut comme père officiel Tyndare, roi de Sparte, et pour frères les Dioscures. Cependant, sa destinée fut si néfaste que certaines traditions lui donnent Némésis, déesse de la Vengeance, pour mère. Le personnage d'Helene, l'un des plus célèbres de la mythologie grecque, a fait l'objet de tant de versions, de commentaires et d'interprétations au cours de l'Antiquité qu'il est malaisé de dégager les caractères originaux de la légende.Elle était parée de tous les dons que confèrent la beauté et fut l'objet de la convoitise de nombreux héros. Thésée l'emmena de force en Attique, et, avant de partir pour les Enfers, il l'épousa. La jeune femme délivrée, en l'absence de son époux, par les Dioscures et donnée en mariage à Menelas, l'un des quelque cents prétendants qui se disputaient sa main et qui s'étaient engagés à secourir l'élu s'il subissait un outrage. Elle eut de ce second mariage une fille, Hermione. Mais Helene, toujours plus épanouie, émut le coeur de Pâris, qui l'enleva, à demi consentante, et gagna avec elle la Troade. Selon le serment qu'ils avaient prêté, tous les prétendants décidèrent de venger l'affront fait aux Grecs par les Troyens. Un guerre interminable commençait. Des traditions tardives ont tenté d'innocenter le comportement d'Helene, qui avait trahi en quelque sorte sa patrie. Elle n'aurait été que le jouet d'une implacable destinée et, durant la guerre, aurait maintes fois manifester sa sympathie envers les Grecs. A la mort de Pâris, elle épousa Déiphobos. Mais elle n'hésita pas à trahir cet époux, et, pendant le sac de Troie, elle le livra à Menelas, avec lequel elle se réconcilia. Tous deux retournèrent à Sparte, après bien des aventures, et régnèrent enfin sur la cité dans le bonheur et la paix.Hélène, dont la grâce avait désarmé tant de farouches héros, d'ennemis irréductibles, eut, selon quelques versions, une fin digne de son exceptionnelle destinée : comme Protée prédit dans l'Odyssée, les Dieux lui accordèrent l'immortalité et la faveur de vivre éternellement en compagnie de Menelas dans les champs Élysées. Selon une autre version, après avoir disparu de la Terre, elle épousa Achille, l'un des rares héros qui, en raison de sa jeunesse, n'avait pas figuré au nombre des prétendants. Leurs noces eurent lieu dans les îles des Bienheureux, l'île Blanche, et furent bénies, par la naissance d'un fils ailé, Euphorion, qui, dédaignant, quelques années plus tard, l'amour de Zeus, fut foudroyé. Plus dramatique demeure la version de Pausanias. Après la mort de Menelas, Helene se serait réfugiée à Rhodes. Mais Polyxo, qui l'accueillit dans l'île, désespérée par la mort de son époux Tlépolémos devant Troie, l'accusa de ce malheur et la poussa au suicide.